25 ans, toutes mes dents, mais pas de plan






Avant, j’aurais eu la chienne, parce que c’est vrai que ça peut sembler effrayant de ne pas savoir où on s’en va, de ne pas avoir de certitudes… Mais on réalise avec le temps que ce qui est encore plus terrifiant c’est d’avoir des plans trop bien définis et de réaliser que finalement, ce n’est pas comme ça que ça va se passer, que la seule option qu’on avait se révèle être un échec.

Je ne connais personne qui peut m’affirmer que sa vie s’est déroulée exactement selon le plan qu’il s’était établit quand on lui avait demandé de faire son choix de carrière. Tsé quand t’a 16 ans, que t’es totalement perdu, que les plus grandes questions que tu te poses sont par rapport à comment ça va se passer la première fois que tu vas prendre de la drogue ou faire l’amour, mais qu’on te demande de prendre une décision qui va changer tout le cours de ta vie.

Avec le temps, on réalise que rien n’est coulé dans le béton. Oui, les choix que t’as pris quand t’étais juste une jeune brebis égarée vont avoir un impact sur ta vie, mais t’as le droit de changer d’idée. T’as le droit d’explorer pis de prendre des choix un peu plus éclairés.

La société nous met tellement de normes préétablis qu’on ne sait plus quoi en faire. Selon moi, il faut apprendre à ne plus les écouter, à faire ce qu’on veut et non pas ce que la société attend de nous parce que la société, elle s’en fout de comment on se sent, de si on est heureux ou pas. Elle veut juste qu’on rentre tous dans le même moule et qu’on performe à tous les niveaux.

Faudrait être parfait sur la ligne de départ, mais ce qu’ils ne réalisent pas c’est que c’est impossible. Pour seulement s’approcher le moindrement de quelque chose qui ressemble à la perfection, il faut parcourir tout un chemin pour finalement arrivé épuisé à la ligne d’arrivée. Dans la réalité, ça ne doit pas être une course. Chacun a besoin de prendre le temps de travailler sur soi pour s’améliorer, mais ce temps-là, il faut se l’accorder soi-même, se donner le droit de prendre une pause même si la course, elle, continue sans nous.

Pourquoi est-on si pressé de travailler, de faire de l’argent et de vivre comme tout le monde le fait? On se dit qu’avec tous les efforts qu’on y met, on sera heureux, qu’un jour on finira par se sentir bien. Ce qu’on oublie, c’est que le bonheur c’est ici, maintenant!

 

Ne pas avoir de plan ne veux pas dire que tu vas nulle part. Ça ne veut pas dire que tu vas échouer ta vie et que tu n’obtiendras rien. Ne pas avoir de plan, ça peut aussi vouloir dire de laisser les options venir, de s’ouvrir à toutes les merveilleuses choses que la vie peut apporter. Il faut croire en soi pour ne pas avoir de plan, croire que c’est possible de s’adapter à des situations nouvelles, de faire face à l’inconnu. Ne pas avoir de plan, c’est aussi d’avoir assez le goût de vivre la vie et de découvrir pour surmonter les barrières et les insécurités.

Pour ne pas faire de plan, il faut avoir confiance en l’avenir, aux surprises que la vie nous réserve et qui vont nous montrer que le bonheur se cachait exactement où on n’aurait jamais pensé chercher avant.

Quand je dis ne pas avoir de plan, je ne veux pas dire qu’il ne faut pas avoir de buts. C’est important d’avoir des buts, de vouloir aller quelque part, d’avoir quelque chose qui va nous rendre fier. Mais ces buts ne sont pas des finalités, ils sont là pour guider nos décisions et ne pas perdre la personne qu’on est et qu’on souhaite devenir.

Pour moi, ne pas avoir de plan trop précis signifie d’être libre. La liberté, ce n’est pas de faire tout ce qu’on veut n’importe où, n’importe quand et n’importe comment. On est libre quand les choix qu’on fait sont pour nous, quand on arrête de suivre toutes les normes stupides que la société veut nous pousser dans le fond de la gorge et qu’on suit nos propres normes, celles qui nous permettent d’avancer et de devenir, chaque jour, une meilleure personne.

Faque oui c’est ça, j’ai 25 ans, je n’ai pas de plan, mais je sais quand même où est-ce que je m’en vais et qu’avec moi, j’apporte le bonheur et un shit load d’amour.






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *