Le vrai dans le faux

En 2016 tout le monde est tellement accessible et on peut tellement dire ce que l’on veut que ça devient difficile de trouver le vrai dans le faux. C’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin comme on dit. Sauf que maintenant pour chercher t’utilises le zoom sur ton cell pour te rendre compte finalement que tu vois juste mieux toute la scrap qui s’offre à toi.  

C’est facile de se mettre en valeur et de compter des belles histoires. Une belle photo de profil et un partage d’un groupe qui sauve les bébés dauphins et c’est dans la poche, tu es une bonne personne… Facile, mais au fond t’es qui vraiment?  C’est bin beau de dire que toi, t’es pas comme les autres et que t’es sincèrement quelqu’un de vrai. Sauf que si en te voyant je vois que tu passes 4h par jour à alterner entre le gym pis le bronzage en te bourrant de produits qui te détruisent la santé, permet moi de douter de ta définition de «vrai».

«Tu peux me faire confiance, je ne te mentirai jamais…» sauf qui manque le boute de la phrase qui dit «… mais ne me demande pas ce qui s’est passé après 2h du matin par exemple.» Heureusement ce n’est pas tout le monde, mais c’est surprenant ce qu’on peut entendre comme histoire. Passe un peu de temps sur Tinder et tu vas vite te rendre compte qu’il y a presque autant de monde en couple que célibataire. «Je viens sur Tinder juste pour rencontrer du nouveau monde». Bin oui, pis moi j’écoute de la porn juste pour savoir si la fille va être engagée finalement comme secrétaire. Je serais curieuse aussi de voir toutes les belles activités que tu vas pouvoir faire avec tes nouvelles connaissances, ça risque d’être vraiment enrichissant…

C’est rendu tellement facile de mentir qu’on sait pu trop comment être honnête. C’est vrai que ça paraît pas trop bien de dire à quelqu’un : «t’es pas pire pour occuper mon temps en attendant que je trouve mieux.» À la place on aime mieux dire n’importe quoi pour se sentir mieux et obtenir ce qu’on veut sans se faire rejeter, parce que se faire dire non c’est vraiment pire que de détruire le cœur de quelqu’un qui voudrait que tu lui dises oui…

Tout ça fait en sorte que c’est rendu difficile de faire confiance. C’est rendu quasiment normal de jouer à l’espion et d’observer les moindres faits et gestes de l’autre sans qu’il ne  s’en rende compte. C’est pu de l’amour, c’est rendu une mission d’infiltration : «Après 3 ans d’observations, j’ai maintenant assez de preuves pour t’emprisonner dans la maison et si tu brises une des règles tu risques une peine plus grave»…

Après tout ça, on finit par se dire qu’ils sont tous pareils. Les gars, tous des trous de cul et les filles, toutes des criss de folles. On se dit ça parce que c’est difficile de trouver une perle dans une pelletée de marde. Pis une fois que tu t’es frotter à la marde en essayant de trouver le trésor au fond, bin tu sens le caliss alors tu n’es peut-être pas prêt pour ta perle…






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *