Coeur tendre, carapace endurcie

Besoin de tendresse, mais envahie par la peur. Envie de croire à nouveau en l’amour, ce sentiment qui, auparavant, ne m’apportait que le bonheur. Celui-là même qui aujourd’hui me décourage et ne me fait ressentir que la méfiance. 

Mes craintes par rapport à celui-ci sont multiples, de même que mes raisons de fuir tout ce qui pourrait contenir ne serait-ce qu’un soupçon d’émotion. 

Parfois je me dis qu’il manque quelque chose à ma vie… ce même quelque chose que je m’obstine à fuir. 

Je comble ce vide par la tendresse passagère de différents hommes. Tous des hommes attirants, mais desquels je sais que je ne tomberai jamais amoureuse, tous des hommes qui partent et que je ne désire pas voir revenir. 

La jeune fille romantique que j’étais est maintenant comprimée sous cette énorme carapace de «je m’en câlisse.» Une carapace solide d’ailleurs puisque je me débarrasse de tout ceux qui tenteraient de la pénétrer. 

Cela me fait réaliser que je pense maintenant comme lui… Comme celui qui m’a brisé le cœur en ne voulant pas s’attacher… Comme celui qui tenait tellement à son indépendance… 

Mais au fond, la marge est-elle si grande entre indépendance et solitude? 






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *